Prêt pour la cyberassurance ?

13/03/2019
Author Avatar
Jean-Michel Block
Managing Partner, EASI

La cyberassurance fait de plus en plus d'adeptes. EASI a décidé d'unir ses forces avec HDI pour protéger vos actifs numériques des attaques en ligne.

Une nouvelle défense contre les cyberattaques pour les entreprises


Les polices de cyberassurance sont relativement récentes sur le marché. Mais des assureurs de toute l'Europe ont déjà pris des mesures pour aider la société à se préparer aux risques informatiques et à renforcer sa résilience.

La demande de cyberassurance devrait augmenter rapidement, mais à notre avis, ce type de police doit toujours s'accompagner d'un robuste programme de gestion des risques en la matière.

L'union fait la force

C'est la raison pour laquelle EASI et HDI ont uni leurs forces pour proposer une offre complémentaire : EASI mettra en place les mesures nécessaires pour protéger l'environnement du client et prévenir les risques.

EASI en HDIEn contrepartie, HDI couvrira le risque résiduel avec une police de cyberassurance sur mesure. En cas d'attaque aboutie, EASI dépêchera un expert pour aider le client à limiter l'impact et à relancer son activité dès que possible.

Grâce à notre approche intégrée, ces services de restauration sont entièrement couverts par la cyberpolice HDI. Le contrat comprend aussi l'assistance d'un avocat dans l'éventualité d'une fuite de données relevant du RGPD.

De la prévention à la guérison, la formule complète EASI-HDI offre aux PME une solution tout en un. Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous contacter sans engagement.

Pourquoi?

Les petites et moyennes entreprises deviennent des cibles lucratives pour les pirates. Pourquoi ceux-ci s'attaquent-ils volontiers aux PME ? C'est simple. Les PME sont des cibles fragiles. Elles détiennent de grandes quantités d'informations. Et souvent, elles n'ont pas installé de mesures efficaces pour empêcher l'accès des malfaiteurs.

Pour illustrer cette tendance, voici quelques chiffres dont j'ai eu connaissance récemment.

En 2017, les deux malwares WannaCry et NotPetya ont crypté des fichiers dans des organisations du monde entier. D'après l'Economist, Maersk, un transporteur danois, aurait subi une perte de $300m.

Tout aussi inquiétant, selon une enquête réalisée en 2018 par KPMG et Harvey Nash, 80% des responsables IT jugeaient leur entreprise mal préparée à une attaque !

Et en Belgique ? Ce n'est pas mieux. S'il faut en croire une étude de PriceWaterhouseCoopers, 53% des entreprises de Belgique ont été attaquées durant les deux dernières années.

Malgré tous les avertissements, le nombre de cas de phishing a triplé (!) l'année passée. Les exemples foisonnent. Lundi dernier encore, une clinique de Herstal a été victime d'une demande de rançon.

Mon conseil ? Ne soyez pas la prochaine victime : protégez-vous. Il est temps d'agir.

New call-to-action

Current job openings

Sign up to our newsletter

Follow us

  

Share this article