Appuyez sur Entrée pour rechercher

6 raisons pour lesquelles IBM n’est pas vieux jeu

06/08/2020
Author Avatar
Mario Aquino
Business Consultant

Connaissez-vous la partition QOpenSys de notre serveur IBM ? Si ce n’est pas le cas, continuez à lire ! Elle introduit de nombreuses technologies modernes à la plateforme IBM et vos jeunes développeurs l’adoreront.

Dans cet article, nous vous donnerons quelques conseils pour paramétrer votre serveur et moderniser votre façon de travailler. IBM i Access Client Solutions est un excellent point de départ, vous pouvez donc simplement faire défiler vers les bas pour voir ces conseils. Mais permettez-moi d’abord de vous faire une brève présentation.

Lorsque les informaticiens entendent IBM i ou « as-400 » (en référence à l’ancien serveur IBM, autrefois très populaire), ils pensent immédiatement à « applications vertes ». Si vous regardez autour de vous, vous remarquerez que de nombreuses sociétés utilisent encore ces applications. Pour les développeurs expérimentés, ces applications fonctionnent très rapidement et efficacement. Ils connaissent tous les raccourcis, commandes et même toutes les astuces de leurs applications. Cependant, pour les nouveaux employés, les développeurs à peine diplômés trouvent ces écrans moins intéressants pour y travailler. Leur taille est en effet limitée (défilement impossible) et il n'y a presque aucune option pour façonner l’application. Durant leurs études, ils ont appris comment configurer les serveurs Microsoft ou Linux. Toutes ces connaissances PowerShell / Bash sont inutiles lorsqu’ils doivent apprendre à travailler avec ces « écrans verts » pas vraiment attrayants, et comme leurs profils sont très demandés, ils accepteront probablement un autre emploi.

IBM est-elle vieux jeu ?

Pas du tout. Ces dernières années, IBM améliore et rend des technologies modernes compatibles avec sa plateforme. L'introduction de la partition QOpenSYS sur les serveurs IBM Power nous offre de nombreuses opportunités pour moderniser notre façon de travailler. Une fois votre serveur paramétré correctement, un jeune ingénieur système sera en mesure de configurer les commandes Bash connues / sûres. Ils pourront automatiser leur travail avec des scripts Bash / Python. Il y a également de nombreux avantages pour les développeurs logiciels ; les nouvelles applications ne doivent pas nécessairement être en RPG, COBOL ou Java. En outre, les concepts de développement modernes comme le déploiement automatique, le contrôle des sources et le travail avec des conteneurs sont tous possibles sur IBM i.

Comment moderniser notre façon de travailler ?

IBM i Access Client Solutions est un excellent point de départ. Il s’agit d'un logiciel offrant de nombreuses fonctionnalités à partir du terminal IBM terminal dans une GUI (interface graphique). Les plus importantes sont :

  • Exécuter des scripts SQL pour interroger vos bases de données.
  • Schémas pour créer, modifier et supprimer des tableaux, aperçus, mécanismes, indices, journaux...
  • Centre de performances SQL pour contrôler l’exécution de la requête sur vos bases de données et contrôler les performances.
  • SSH Terminal pour configurer vos tâches sur serveur, documents, paquets etc. à partir d’une coque logicielle. Les développeurs habitués à Linux adoreront ces fonctionnalités, une fois bien configurées. Lisez plus à ce sujet ultérieurement.
  • Integrated File System pour gérer vos fichiers sur le serveur.
  • Émulateur 5250 la console IBM juste au cas où Access Client Solutions ne vous offrirait pas ce dont vous avez besoin.


SSH Terminal en savoir plus sur cette fonctionnalité, car une configuration est nécessaire afin de la rendre utile. Vous devrez activer l’objet listener SSH de l’émulateur 5250, afin d’activer cette fonctionnalité. Si vous n’êtes pas dans le même réseau que votre serveur, vous devrez également activer le port 22 pour le trafic entrant et sortant sur votre pare-feu.

Une fois le SSH paramétré, vous remarquerez que le terminal est très basique. Aucun historique des commandes, aucun achèvement de chemin... Il est temps d'installer des paquets Open Source pour améliorer cela. Je vais seulement vous parler de la façon « moderne » d’installer ces derniers, car c’est simple. Afin de les installer, vous aurez besoin d'un gestionnaire de paquets : YUM (Yellowdog Updater Modified). Il s’agit d'un gestionnaire de paquets Open Source, que vous connaissez sans doute de l’une des distributions Linux basée sur Red Hat. (RHEL, CentOS,…)

  • Exigences :
    • ACS 1.1.8 ou version supérieure
    • SSH doit être activé (vous pouvez l’activer avec l’émulateur 5250)

Nous utiliserons ACS pour installer le gestionnaire de paquets. Ouvrez « Outils » => Gestion des paquets Open Source => Paramétrer votre connexion => Laissez ACS s’occuper du reste ! Voici quelques captures d’écran pour vous aider :

ibmi1

 

ibmi2


Une fois YUM installé, vous pouvez installer les autres paquets en utilisant YUM à partir de la ligne de commande SSH. Je préfère continuer à utiliser le gestionnaire de paquets Open Source.


Une fois votre SSH et le gestionnaire de paquets paramétrés, vous pouvez commencer à découvrir tous les différents paquets Open Source. Il existe plus de 350 paquets ! Je parlerai de certains d’entre eux sur mon blog la semaine prochaine.

New call-to-action

Offres d'emploi actuelles

Abonnez-vous

Suivez-nous

  

Partage cet article