Appuyez sur Entrée pour rechercher

Liste de vérification en 3 points : comment se préparer à la prochaine cyberattaque

06/09/2020
Author Avatar
David Swolfs
Sales Representative

Un malware s’améliorant constamment requiert une meilleure sécurisation des endpoints. Alors comment avoir une longueur d’avance sur un malware évoluant rapidement ? Dans cet article, nous considèrerons l’endpoint comme la première ligne de défense pour votre entreprise.

Sécurisation des endpoints

Commençons par définir ce qu’est un endpoint : il s’agit d'un dispositif informatique à distance communiquant avec le réseau auquel il est connecté. Des exemples d’endpoints sont les ordinateurs portables et de bureau ou les serveurs. Ces dispositifs représentent les points d’entrée clé pour les hackers. Mais pourquoi ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les hackers visent les endpoints, la principale étant « l’erreur humaine ». Les ordinateurs portables et de bureau sont gérés par des êtres humains susceptibles de faire des erreurs en cliquant sur des liens sur lesquels ils ne devraient pas, les rendant ainsi exposés à l’ingénierie sociale.

C’est pourquoi une solution de protection d’endpoint forte (en association avec la sensibilisation de l'utilisateur final) est un excellent point de départ pour commencer à augmenter votre niveau de cybersécurité.

Liste de vérification en 3 points : qu’est-ce qu’une bonne solution de protection d’endpoint ?

Un malware s’améliorant constamment requiert une meilleure sécurisation des endpoints. Alors comment avoir une longueur d’avance sur un malware évoluant rapidement ?

1. (In)dépendance à l’égard du cloud

La première caractéristique importante est l’(in)dépendance à l’égard du cloud.
Un malware intelligent peut détecter lorsque l’endpoint est connecté au cloud et ne s’activera pas tant que la connexion est active. Cependant, lorsque l’endpoint se déconnecte, le malware active et attaque ce dernier au moment où votre système de sécurisation ne peut plus communiquer avec le cloud. C’est pourquoi la dépendance à l’égard du cloud est primordiale dans une solution de sécurisation des endpoints de nouvelle génération. La prise de décision doit avoir lieu localement sur l’endpoint.

2. Signatures

La deuxième caractéristique est les signatures et le manque de ces dernières. Le concept de signatures se base sur une attaque / un malware déjà rencontré(e). Cela signifie qu’il aura toujours quelqu’un qui en subira les conséquences avant qu'une solution au problème ne soit trouvée. De cette façon, vous vous retrouvez toujours à jouer le jeu d'un rattrapage des nouvelles menaces. Un autre inconvénient des signatures est que vous devez scanner votre disque afin de trouver les menaces sur votre système. Cela utilise les ressources du système et résulte en des performances plus faibles, notamment sur des serveurs contenant une grande quantité de données. Cette méthode est également incapable de détecter les attaques sans fichier, étant donné qu'elles sont injectées directement dans la mémoire du système sans jamais toucher le disque, le rendant ainsi impossible à scanner.

Au lieu de chercher des signatures, se concentrer sur le comportement en analysant tous les processus sur l’endpoint offre plus de visibilité à ce qui se passe et INTERPRÉTER ces données grâce à l’utilisation d’un moteur IA pour déterminer si un processus est malin ou bénin. Cela résout les problèmes mentionnés ci-dessus, étant donné que vous pouvez reconnaître une attaque « zero-day » de par son comportement, les scans de signatures ne sont plus nécessaires et les processus en mémoire peuvent également être contrôlés.

Temps réel

La troisième et dernière caractéristique importante est que tout cela doit avoir lieu en temps réel. Un malware s’exécute à la vitesse de l'éclair, et pour arrêter une telle menace, une réponse doit être en mesure de contrer cela à la même vitesse. Attendre la confirmation de la part du cloud ou d'un être humain pour répondre à ce qui pourrait être une attaque en direct est trop lent. C’est pourquoi la protection, la détection et la réponse à un endpoint doivent être regroupées dans un seul programme léger sans dépendance à l’égard du cloud et doivent répondre localement en temps réel.


Cliquez ici si vous souhaitez en savoir plus sur la façon de protéger vos endpoints.

New call-to-action