Le datacenter est-il mort ?

18/09/2018
Author Avatar
Cedric Van Put
Team Manager, EASI

D'après les prédictions de Gartner, d'ici 2025, 80% des entreprises vont cesser de gérer elles-mêmes un datacenter traditionnel. Que faut-il en penser ? Voyons ce qu'il en est du côté de nos clients.

Dave Cappuccio, qui écrit pour Gartner, annonce que d'ici 2025, 80% de toutes les entreprises vont décider de fermer leur datacenter traditionnel, au lieu de 10% seulement aujourd'hui.

Quelles sont les tendances qui se dégagent ?

Une chose est sûre : le cloud ne cesse de gagner du terrain. En 2016, un bon 16% de nos clients achetaient un ou plusieurs services de notre offre en cloud.

Et ce chiffre a grimpé à 21% en 2017. Nous le constatons clairement : nos clients (1 sur 5) ressentent le besoin d'adopter pour certaines facettes de leur activité une stratégie orientée services plutôt que de continuer à investir dans une architecture IT traditionnelle.

Cette année, la progression se poursuit. Bien que nous ne disposions actuellement que des statistiques pour le premier semestre 2018, nous pouvons affirmer que le cap des 23% est déjà franchi.

Sur la période 2014 (9%) - 2017 (21%), nous avons enregistré en 3 ans à peine un doublement du nombre de clients cloud.

Et cela, sans compter les clients qui utilisent des applications cloud par l'intermédiaire d'un autre prestataire qu’EASI. Le total pourrait donc être encore plus éloquent.

Comment s'explique cette évolution ?

Il reste naturellement possible d'investir dans un datacenter en gestion propre, mais cette stratégie atteint ses limites. La raison se situe notamment dans la multiplication des services d'interconnexion et des cloud providers, dans l'Internet of Things (IoT) et la popularité des services Software as a Service (SaaS).

Faut-il pour autant renoncer entièrement au datacenter ?

Nous n'irions pas jusque-là. Notre clientèle n'est pas représentative de tout le marché. Ce sont des acteurs qui nous achètent au moins un service en cloud. De nombreuses entreprises sont encore loin de fermer leur propre datacenter local. Elles peuvent en effet présenter des besoins très spécifiques ou utiliser des services qui ne sont pas pris en charge n'importe où.

Voici ce qu'en dit Cappuccio dans son article :

« Le datacenter traditionnel est relégué dans un rôle de conservation des systèmes hérités. Il est dédié à des services très spécifiques qui ne sont pas supportés ailleurs, ou aux systèmes qui restent économiquement plus efficaces en mode local. »

Au vu de nos propres chiffres et de notre expérience, nous nous attendons plutôt pour 2025 à une situation 50/50.

À terme, la moitié des entreprises vont effectivement fermer leur datacenter. L'autre moitié évoluera vers un dispositif hybride. Elles conserveront certains éléments sur leur site, mais feront appel au cloud pour d'autres services.

Bref, nous croyons que le datacenter traditionnel, regroupant localement l'ensemble des installations, est voué à disparaître.

Le cloud est-il pour vous ?

Il y a de fortes chances pour que votre entreprise compte déjà parmi les adeptes du cloud. La décision commence généralement par un inventaire des besoins. Un bon partenaire de service pourra vous aider à créer une infrastructure souple, pour assumer ensuite la surveillance et la gestion de vos actifs.

Comme tant d'autres organisations, vous vous sentez démuni face aux nouveaux développements ? Ressentez-vous le besoin d'accéder aux charges de travail à partir de plusieurs endroits ? Souhaitez-vous reconsidérer l'implantation des applications tournées vers l'extérieur sur la base du temps de réponse ou du RGPD ? Voulez-vous savoir comment y parvenir sans perdre le focus sur l'expérience client ? Prenez contact avec nous sans engagement. Grâce à une approche pragmatique, nous choisirons la solution qui vous convient le mieux.

Vous pouvez aussi commencer petit et trouver de l'inspiration dans l'article « La route du cloud » de mon collègue Cédric.

Current job openings

Sign up to our newsletter

Follow us

  

Share this article